Marcel Rufo décrypte mes photos (2)

Belle parution dans Pèlerin d’un portfolio de 12 pages de photos d’adolescents © Raphaël Helle / Signatures décryptées par le pédopsychiatre Marcel Rufo.

cliquez sur les images lisez l’article

Rencontre filmée avec Marcel Rufo autour de mes photos :

Dans deux semaines un autre portfolio de ces photos sera publié sur 28 pages dans la revue XXI (21) avec un angle différent, la rencontre d’Anthony et Victoria. 

5 commentaires sur « Marcel Rufo décrypte mes photos (2) »

  1. Nom de Zeus, mais qu’est-ce qu’il peut raconter comme connerie ! D’ailleurs, j’ai eu une bonne note à ce contrôle de français… Et la miss rose n’a ni problème de poids ni scarifications !

    J'aime

    1. Coriandre ? il n’y a pas tout dans ce court extrait de son. Par exemple un peu plus tôt, Rufo comparait les bracelets à des scarifications, et en effet symboliquement ça peut y faire penser, non ? Quand on s’est rencontré avec Rufo, le jeu annoncé était qu’il improvise à partir des photos. Son expertise de pédopsychiatre renommé, si tu lis tout l’article est tout de même super intéressante. Sur Anastasia il dit qu’elle règle un problème d’image d’elle-même de jolie façon. C’est indéniable qu’elle a fait un très bon choix avec cette couleur. Dès qu’elle s’est teint les cheveux, elle a vivement attiré les garçons, et je me souviens qu’elle a plutôt bien vécue ça 🙂

      J'aime

  2. je comprends anonyme ou coriandre peut importe, dans sa réaction. Je crois que M. Rufo a pensé ces photos comme on rêve devant un tableau, à partir de ce que l’on perçoit de l’image mais avec ses propres associations, en l’occurence ici celle d’un spécialiste des adolescents (qui ne vont pas trop bien en général puisque sinon on ne va pas le consulter…).

    Sans doute qu’un personnage peint dans un tableau, s’il pouvait parler, ne serait pas du tout d’accord avec ce que le spectateur croit voir et décrypter de ce qu’elle pense, ressent, etc… Le personnage du tableau dirait peut être « mais il délire celui là, ce n’est pas du tout ce que je ressens, ce que je pense ».

    Ce que je trouve précieux dans le texte de marcel rufo qui accompagne les photos de raphaël c’est qu’il tente de raccrocher à l’image des problématiques que tous les ados (et les anciens ados que nous sommes) ressentent, même à minima, et la plupart du temps à minima puisque sinon ça fait trop souffrance. Et Rufo rencontre évidemment ceux chez qui ca fait grande souffrance.

    Un travail admirable que tu as fait là raph. C’est effectivement parce que tu n’es pas tout à fait fini (…) que tu cherches. Lorsqu’on se croit terminé, c’est la fin. quelle tristesse.

    merci à tous les ados du lycée de salins de s’être ainsi exposés à ce jeu de l’image, ils ont été bien courageux je trouve.

    J'aime

  3. Bonjour,

    J’ai découvert une sélection de votre série de photos au lycée de Salins dans la revue XXI aujourd’hui. J’ai beaucoup apprécié le regard que vous portez sur ces jeunes et leur parcours, et je me demandais du coup s’il était possible d’en trouver une version plus exhaustive… Livre, expo, revue, site internet ?

    Merci d’avance !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s