# Père Noël

Noël un samedi, An où tout le monde mendie (proverbe français).

https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/f45/3/16/1f384.png

Je suis dans SPARSE (et j’aime ça)

Un rôle dans le roman photo de Sparse, ha ha trop drôle j’adore ! rôle de composition on est d’accord.

Et la page « From helle », ma page carte blanche. Avec cette photo de Carol et Guillaume (vue ici dans Libération).

Pages 74 pour le roman photo et la dernière pour « From Helle » ICI dans SPARSE n°21

Ouvriers chez PSA sur France Culture

Ils sont ouvriers à l’usine Peugeot de Poissy dans les Yvelines, employés comme opérateur de chaîne, moniteur de chaîne ou au contrôle qualité, ils racontent un événement de leur vie au travail.

C’est un reportage de Martine Abat pour l’émission Les pieds sur terre sur France Culture. Martine m’a contacté pour acheter cette photo de Fred-le-punk (ci-dessous) et c’est comme ça que j’ai découvert son interview, il est redoutable, écoutez-le ICI si vous voulez savoir ce qu’est le travail à la chaine chez PSA.

Chez Emmanuel Pierrot, photographe de l’agence Vu, dans les Vosges lcliquez sur l’image pour l’agrandir.

💥

Et soudain l’amour

Il y a quelques jours lors d’une conversation je racontais l’état de santé de mon père, gravement handicapé par un parkinson atypique. Entre le fauteuil et le lit il ne peut presque plus beaucoup bouger, il est nourrit pas sonde gastrique. Ce n’est pas facile non plus pour ma mère, heureusement d’ailleurs qu’il y a du personnel soignant qui passe tous les jours. Immanquablement la discussion a dérivé sur l’euthanasie et quelqu’un a lâché « je préfèrerais partir que de vivre ainsi ». Je ne sais pas ce que pense mon père, pas le genre de question que j’oserais lui poser. Jusque là je ne voyais que sa souffrance et celle de ma mère, mais soudain à cause de cette conversation, et de cette photo que je venais de prendre j’ai vu l’amour. Leur amour. Mon père est vulnérable et dès que ma mère disparaît de son champ de vision , il l’appelle, il prononce son prénom de la panique dans la voix. Elle s’en agace un peu parfois, parce qu’en vrai elle est constamment tournée vers lui. Toujours amoureuse. Je vois beaucoup d’échecs, je doute souvent du couple, néanmoins j’ai du respect pour celles et ceux qui s’évertuent à le construire. Mes parents ont 56 ans de vie commune, et ce dont je suis certain c’est qu’aujourd’hui l’un sans l’autre leur vie n’aurait pas de sens. Et ce que j’ai sous les yeux, ce que je vois jour après jour, instant après instant, pas seulement au moment où je prends cette photo, ressemble à la quintessence de l’amour. Et ça change beaucoup de choses sur les raisons que l’on peut avoir ou non de continuer à vivre.

cliquez sur l’image pour l’agrandir