Doublé Néon Sparse

Concours de l’homme le plus fort du Morvan, 8 pages dans Sparse plus la couv’ et 4 pages dans Néon. Photos © Raphaël Helle / Signatures ( avec l’Olympus OM-D E-M1 Mark I )

Hexagone, Gilets jaunes acte I

Hier 17 novembre, je suis resté 5 heures avec les « gilets jaunes » du Rond-Point de Valentin à Besançon, j’ai pris des photos, j’ai écouté les gens : ouvriers, chômeurs, des gens qui galèrent* pour qui la hausse du gasoil est la goutte de trop. Le mouvement ne m’est pas apparu encadré mais spontané, des gens en colère qui l’expriment avec plus ou moins de véhémence. Certains calmement, d’autres étaient chauds comme la braise. J’ai vu un type arrogant dans un gros 4×4 noir tenter de forcer le barrage. Devant moi des boules de pétanque ont été sorties d’un sac et balancées sur sa bagnole. Le conducteur aurait pu se faire lyncher mais d’autres « gilets jaunes » sont intervenus pour le protéger et le laisser partir. J’ai entendu  » c’est malheureux qu’il faille être extrême pour se faire entendre « . Le fait que le mouvement ne soit pas encadré peut effectivement mener à des débordements. Je peux me tromper mais j’ai ressenti ce mouvement comme une jacquerie, de gens qui se sentent déclassés, oubliés. Qui enfilent le gilet jaune, vêtement de signalisation, pour se rendre visibles. J’avais perçu ce même sentiment de la part de pas mal d’ouvriers de la Peuge. Aujourd’hui le climat est un rien pré-révolutionnaire, n’importe quel démagogue en soufflant sur les braises peut enflammer le bazar. A suivre…

* extrait sonore proche de ce que j’ai pu entendre


Les photos sont disponibles ICI chez Signatures Photographies


Publications dans Sparse n°25, ma page « from Helle » et la couv’ de Ventilo. Photo © Raphaël Helle / Signatures.